ChoixPC + LDLC = cadeau    /    Les sponsors : rôles et fonctionnements

[S'inscrire]  [Aide (FAQ)]  [Rechercher]
[Connexion]  [Posts récents]  [Messages privés]
[Votre profil]  [Vos préférences]  [Sujets déplacés]
[Liste des membres]  [Stats]  [Accueil Site]  [Générateur]
[Accueil Forum] - Datation serveur (UTC+1) : 17:01
Forum ChoixPC » » Divers : Blabla » » L'évolutivité de l'ordinateur personnel a-t-elle encore un avenir?
Rechercher dans ce topic :
Mot clé :       Auteur :
Auteur Sujet : L'évolutivité de l'ordinateur personnel a-t-elle encore un avenir?
JPO
''En quête de stabilité sur le mont Asus''


Inscrit: Jul 16, 2001
Messages: 256
Posté le: 10-12-2001 à 19:10  | N° d'ordre sur la page en cours : 1 / 3 | N° d'ordre sur le topic : 1 / 3
Bonjour.

Depuis maintenant quatre à cinq mois, on assiste à une véritable surenchère en matière de composants informatiques:

- duel AMD/Intel sur la fréquence, et maintenant un critère censé être plus objectif: la puissance des processeurs. Pas un mois, pas une semaine sans qu'une nouvelle puce de l'un ou l'autre fondeur n'arrive sur le marché.

- course au gigantisme en matière de disques durs. En quelque mois, nous sommes passés des générations à plateaux de 10 Go à celle à 40 Go, en passant par les 20 Go...

- course technologique en matière de carte 3D: GF 3, Kyro II, Radeon 8500, leurs déclinaisons...

- introduction de nouvelles mémoires DDR et Rambus

- apparition de nouvelles générations d'interfaces (USB 2.2, UDMA 133, bientôt un remplacement des slots PCI,...).

Le consommateur, généralement peu averti, n'y voit plus goutte dans toute cette avalanche de débauches technologiques. Les critères de choix des ordinateurs deviennent du coup beaucoup plus complexes (Il n'est qu'à jeter un coup d'oeuil sur les pages du site de Kirin consacrées au choix pièce par pièce de la configuration de son PC pour s'en convaincre).
Résultat: c'est souvent sur des critères étrangers aux performances de l'ordinateur que l'on cherche des arguments de vente. (Quand on en trouve: vous avez vu la pub TV d'Intel pour les P4? Navrant!).

En fait, on peut se demander si toutes ces nouvelles technologies, ces beaux interfaces de dernière génération offrent réellement un gain mesurable à l'utilisateur. Plusieurs mois après sa sortie, on conseille encore d'attendre qu'un OS et des programmes optimisés pour le P4 sortent pour profiter de ce processeur...
On peut toutefois se féliciter que cette course aux armements aille de paire avec une chute spectaculaire du prix des composants, ce qui rend le fameux conseil de Kirin, "choisir son processeur avec économie", encore plus actuel! (Vous aurez remarqué que c'est déjà la seconde fois que je le cite. C'est comme du temps de l'URSS: plus un article ou un livre citait le demi-dieu Lénine, meilleurs il ne pouvait qu'être!
).

Dans une telle tourmente de nouveautés, on peut se demander si le concept d'évolutivité tel que l'on entendait jusqu'ici (capacité d'une configuration à intégrer les composants apportant un gain de puissance ou de souplesse à l'odinateur) a encore un avenir.

Comment peut-on encore conseiller telle ou telle carte mère, sachant que, sauf exceptionnelle exception, un chipset donné ne peut gérer qu'un type de mémoire? Que l'interface EIDE, si elle est compatible de façon descendante, ne l'est pas de façon ascendante? Qu'il en va de même pour l'USB?

Dans la jungle actuelle des normes et des catégories de composants, comment garantir la pérénité de tant de technologies dont la mutiplicité rend la survivabilité aléatoire (combien de formats de sauvegarde pour UN type de périphérique comme un appareil photo numérique? Beaucoup trop!)?
Une telle effervescence génère, à l'opposé du concept d'évolutivité, un grand risque qu'une technologie "exotique", ne pouvant s'imposer sur une échelle qui permette au fabriquant de maintenir son activité, cesse d'évoluer et disparaisse, empêchant ainsi celui qui aura choisi de l'utiliser de "monter en puissance" lorsque le besoin s'en fait sentir. Que dire ainsi de ceux qui ont fait le choix hasardeux du Pentium 4 format socket 423 lors de son lancement. Kitin (ter repetita placent ) l'a bien fait remarquer, il se sont eux-mêmes condamnés à l'"inévolutivité".

Le manque de formation des acteurs passifs du marché de la microinformatique (c'est-à-dire les clients) est un puissant obstacle à l'assainissement des pratiques et des fabricants de composants et des vendeurs, du moins de la plupart d'entre eux. Il semble que tout ce que cherchent les premiers est la création d'un besoin au renouvellement le plus rapide possible du parc d'ordinateurs, faisant croire à l'obsolence de machines pourtant performantes, voire surdimensionnées dans la plupart des applications grand public (Internet, jeux, y compris 3D, bureautique, multimédia), applications qui motivent tout de même la plus grande partie des achats sur ce marché de masse que l'informatique est devenue. Bien sur, les revendeurs s'en trouvent ravis (on le serait à moins!), ce qui n'empêche pas le marché de déprimer... Signe d'un frémissement de maturité du consommateur? Ou expression de sa perplexité face aux nouveaux standards?

Tout cela pour dire que la performance, mamelle de la microinformatique, semble devenir un critère dont l'obsolessence est inversement proportionnelle à la courbe de croissance de la puissance anoncée des composants...

Bien sur, on pourra argumenter que la fierté de posséder LE composant est lui même un critère de choix. D'où, probablement l'apparation de "ceci":...

...sur le forum de ChoixPC. Ce qui est quelque peu contradictoire avec l'objectif affiché du site.

François de Closets, dans son dernier ouvrage, fustigeait cet objet qu'est le PC, parce qu'il aurait été incapable d'évoluer technologiquement. En résummé, depuis le MAC et le compatible IBM, à l'ouest rien de nouveau.

Et effectivement, on peut s'interroger sur ce que le PC peut encore nous apporter de neuf. C'est là, peut être, que le concept d'évolutivité doit être redéfini. Attendu que la puissance de la majorité des configurations actuelles est LARGEMENT sou-employée, ne serait-ce qu'en temps d'utilisation, sinon en terme de puissance employée, alors même que leur coût d'achat devient de plus en plus "indolore" (ou presque...), il est peut-être temps de militer en faveur de cette interrogation:

DE QUOI DOIT ETRE CAPABLE VOTRE PC?

Il y a dix ans, on nous promettait le miel et la Lune à l'occasion du nouveau millénaire. Combien des merveilles technologiques que l'on nous a promis ont-elles vu le jour?

La domotique?
L'enseignement à distance?
L'automatisation de certaine tâches ménagères par le contrôle de robot ad hoc?
Etc...

Rien de tout cela n'a vu le jour. Ou si peu, et à quel prix! Car, pour atteindre à ces rêves mille fois ressassés, on développe à grand frais de nouveaux objets techniques avec leurs propres moyens d'automation.

Quel paradoxe alors que, parallèlement, la plupart des foyers s'équipe de PC dont les CPU, s'ils étaient doués de conscience, s'ennuieraient à mourir d'attendre que l'on veuille bien se servir de leur potentialité!

Il est tamps que cela change et que, plutôt que de rechercher stérilemnt la course à la performance, on se mette sérieusement à réfléchir à la pleine exploitation des capacités de nos ordinateurs.

En deux mots, ce qui doit évoluer, c'est la notion de PERIPHERIQUE!

Ou, plutôt que la notion, c'est son contenu qui doit se développer

Il est grand temps que les appareils électroniques domestiques et extra-domestiques eux-même deviennent, puissent devenir, à loisir, des périphériques. Le foyer comme une grande extension de la tour qui se tient raidement, là, à côté de votre bureau, qui est conçu pour pouvoir fonctionner en contnu mais que vous n'utlisez que chichement!

Et que faudrait-il pour y parvenir? Bien peu de chose finalement à l'époque de l'USB! Juste une connectique plus développée et des logicielles idoines.
Mais au lieu de cela, on préfère développer les "intelligence" locales plutôt que de chercher à centraliser la gestion des appareils électroniques dans l'outil qui est le plus indiqué pour cela. Un outil dont la souplesse de programmation et la convivialité de l'interface sont inégalées; un outil dont la familiarité est désormais acquise: le PC!

Et pourtant! Pour vendre on persiste à préférer générer un besoin artificielle de mise à niveau au moyen d'une course à la performance stérile, alors que les applications actuelles n'en demandent pas tant!

Il est grand temps que les choses changent, et que l'on se mette enfin à réfléchir sérieusement à la question: que faire de son PC?

Par sa qualité, le site Choix PC peut y contribuer en lançant le débat, et son forum, exprimer un début de besoin de la part des consommateurs.

Voilà, la chose devait être dite.






_________________


                           --> Fct Warning : lire la FAQ svp.
buzzz
''Chevalier pourfendeur d'écrans bleus''


Inscrit: Jul 09, 2001
Messages: 5495
De: ux point zéro
Posté le: 10-12-2001 à 20:45  | N° d'ordre sur la page en cours : 2 / 3 | N° d'ordre sur le topic : 2 / 3
Disons que les pcs sont actuellement surpuissants pour les applications existantes word/tableur/internet. Mais malheureusement ils sont encore trop peu puissant pour des applis comme la reconnaissance vocale. Ce trou justifierai a mon avis, la course folle des fondeurs pour passer à des applis d'une nouvelle génération.

Seuls les jeux actuellement tirent profit de cette course à la puissance.





                           --> Fct Warning : lire la FAQ svp.
Eviv iom
''Exorciseur de PC''


Inscrit: Jul 05, 2001
Messages: 3620
Posté le: 10-12-2001 à 21:46  | N° d'ordre sur la page en cours : 3 / 3 | N° d'ordre sur le topic : 3 / 3
De toute façon, ça a toujours été comme ça et ce sera toujours comme ça... Jusqu'à qu'on aie atteint les limites de ce qu'impose le silicium... Des transistors de 0.015 microns devraient apparaitre en 2009...

                           --> Fct Warning : lire la FAQ svp.
Forum ChoixPC » » Divers : Blabla » » L'évolutivité de l'ordinateur personnel a-t-elle encore un avenir? Haut de page | Posts récents